Facebook Twitter Flickr RSS

Communiqué des parents d’élèves du collège Gustave Courbet de Romainville 93230.

Nous voulons la réintégration du collège Gustave Courbet de Romainville au sein de l'éducation prioritaire, et nous la voulons maintenant.

 

Lundi 24 novembre, les collèges de Saint Seine Denis ont découvert la nouvelle carte de l'éducation prioritaire façonnée par le gouvernement. C'est ce jour-là que nous avons appris que l'établissement que fréquentent nos enfants avait été déclassé, exclu du dispositif. Cette annonce a fait l'effet d'une bombe au sein de l'équipe enseignante tout comme chez les parents d'élèves. En effet, d'autres établissements qui nous semblaient plus favorisés que le nôtre faisaient leur entrée quand nous étions accompagnés vers la sortie. Et notre étonnement n'était pas sans fondement : Le gouvernement justifie sa décision sur quatre « indicateurs principaux ». Celui qui motive notre sortie serait le taux d'élèves boursiers. Pourtant, ce chiffre est manifestement très éloigné du nombre réel d'élèves éligibles à une bourse. En effet, de nombreuses familles, faute d'être accompagnées dans cette démarche ou de disposer des papiers nécessaires, ne sont pas en mesure de remplir une telle demande. En outre, les données INSEE présentent une inversion entre deux quartiers de la commune ; il en résulte que le véritable revenu médian de notre secteur , d'environ 13500 euros par an, est significativement inférieur au chiffre de 15500 retenu par le gouvernement. Et plus curieux encore, sans même tenir compte de cette erreur, nous ne comprenons pas comment le collège voisin peut lui faire son entrée en REP avec un revenu médian supérieur au nôtre. Nous avons la conviction que ces données chiffrées, dont le nombre, la nature et les proportions réciproques ne peuvent jamais nous être clairement explicitées par aucun interlocuteur, et que l'on nous empêche de contester faute de consultation, ne sont qu'un écran destiné à décourager toute démarche légitime de protestation et masquer des enjeux politiques qui nous échappent. Comment expliquer en effet qu'à l'issue des études soit disant scientifiques et incontestables, aboutissant à un indice social chiffré attribué à chaque établissement, on vienne demander au maire de notre commune lequel de ses deux collèges elle souhaitait voir figurer dans la liste des heureux gagnants ?

 

Nous ne pouvons donc, sous aucun prétexte, tolérer que nos enfants soient les victimes d'une telle injustice car la sortie de REP constitue une menace réelle pour leur scolarité : classes surchargées, fin des demi groupes et dispositifs de soutien. De plus, un effet pervers de cette sortie est que les enseignants, motivés à rester en établissement REP par un bonus de points facilitant les mutations, vont tous en même temps perdre cet avantage à moins de demander au plus vite leur mutation. Il en résultera un départ massif de l'équipe et on va donc à l'encontre même des mesures prises pour favoriser la stabilité des équipes pédagogiques, ô combien nécessaire dans les établissements de Seine Saint Denis. Ajouté à la réduction drastique des moyens alloués, en termes d'heures et de personnels, c'est la fin de toute la dynamique de projets innovants qui s'est construite au fil des années et qui a permis à ce collège de pallier au maximum les difficultés sociales et scolaires des enfants qu'il accueille.

 

Ce sont les raisons pour lesquelles nous exigeons, au nom de l'équité, la réintégration du collège Gustave Courbet de Romainville au sein de l'éducation prioritaire.

 

Imprimer le communiqué

imprimante-icone-6016-128